Le spécialiste de la préparation physique en Vendée

Interview de Fabrice Serrano, Préparateur Physique de sportifs professionnels

Fab sera 1

Bonjour Fabrice ! Tout d’abord je te remercie de prendre le temps de répondre à cette interview.

Je t’ai connu dans le cadre de ma formation universitaire et professionnelle à Lyon où j’ai pris plaisir à travailler avec toi . On a déjà pas mal échangé, tous les deux sur différents sujets touchant au haut niveau en basket et j’aimerai que les passionné(es) puissent découvrir ta manière de fonctionner et ta vision de l’entraînement à ce niveau de compétition.

 Présentes toi, s’il te plait.

Je suis Fabrice Serrano, 43 ans, préparateur physique et fondateur de Step Up, société se spécialisant dans le développement des sportifs, et dans la promotion de la préparation physique à travers la formation et des clinics.

Comment es-tu arrivé au basket ?

Le basket est ma passion depuis tout le temps, commencé à 6 ans, j’ai eu la chance de devenir basketteur pro pendant 15 ans. En parallèle, j’ai toujours entrainé et toujours travaillé physiquement car c’était une des seules chances pour moi de jouer à haut niveau.

J’ai arrêté de jouer à 33 ans, et repris quelques études, et de suite j’ai travaillé en tant que préparateur physique à la JL Bourg, puis responsable du centre de formation et de la préparation physique (3 ans) et à l’Asvel depuis 7 ans.

Qu’est-ce qui t’as donné l’envie d’entraîner et de t’intéresser à la préparation physique ? Y a t’il un entraîneur qui t’as donné le virus ? Si oui le quel ?

La passion du sport et surtout du basket, mes entraineurs quand j’ai commencé sont les plus importants, ensuite chacun a apporté des choses différentes et intéressantes. Même l’entraineur qui n’a pas confiance en toi te permets d’aller chercher des choses en toi. J’ai toujours été très proche de mes entraineurs (le fait d’être meneur peut être), je suis en contact avec chacun d’entre eux, ils sont tous des amis.

Pour la prépa physique, c’est un constat que j’ai fait très tôt, une des chances pour moi de faire une carrière pro passait par un physique irréprochable, une intensité de tous les instants, j’ai donc travaillé très tôt, étant en Staps en même temps, j’avais les notions pour travailler tout seul car la préparation physique n’était pas développée, en tant que joueur je m’en occupai et amenai les autres vers la salle de muscu …

Comment es-tu arrivé à L’ASVEL ? Pourquoi la filière masculine ?

Mon contrat était fini à la JL Bourg, j’ai eu un contact avec l’Asvel pour m’occuper du Centre de Formation et être responsable de la préparation physique, et pour la filière masculine, c’est parce que mon réseau de connaissance est plus fort dans le basket masculin.

Pour quelle(s) raison (s) tu es devenus entraîneur, coach indépendant depuis un an ?

Fin de contrat à l’Asvel, l’idée de me focaliser sur un paramètre (entraineur de basket ou préparateur physique), j’ai choisi de me concentrer sur la préparation physique en montant ma société avec une volonté de la développer au niveau du basket et d’ouvrir mon champ de travail à d’autres sports avec d’autres contraintes.

Je travaille avec l’Asvel, la JL Bourg (Consultant), des pros de basket, des jeunes en golf et tennis, des personnes sportives.

Je fais le grand écart tous les jours entre la séance des pros de l’Asvel le matin et une jeune golfeuse de 15 ans en soirée, c’est super intéressant et le travail varié.

Pourquoi accordes-tu autant d’importance à la préparation physique ? Quelles composantes de la performance sont essentielles pour toi ?

Fab sera 2

De manière très générale, être bien dans son corps est une notion importante pour moi et passe par l’effort physique quel qu’il soit (Courir, marcher, faire de la musculation, du yoga, …).

Ensuite, sur les sports, ce que je trouve le plus intéressant et même si c’est transposable de temps en temps d’un sport à un autre, c’est de faire de la préparation physique pour améliorer la performance du joueur dans son sport. Trouver les filières à développer, existe-t-il des spécificités techniques liées au sport, quelle importance dans le sport pratiqué, et une fois l’analyse faite, on va pouvoir planifier et travailler.

Les composantes sont différentes suivant les sports, suivant les âges, et suivant les individus, mais pour moi un fond aérobie est important (variable en fonction des sports) pour déjà accumuler des entrainements à haute intensité, après des qualités de vitesse, puissance pour les sports de petit terrain sont indéniables.

Ce qui m’intéresse c’est de mettre en place un projet en phase avec un collectif, un individu et de l’atteindre, des fois c’est un projet individuel dans un projet collectif, c’est quelquefois complexe mais très enrichissant.

Est ce que la préparation physique est fondamentale aujourd’hui à haut niveau ?

OUI, OUI, sur plusieurs niveaux :

  • Gérer les états de forme des joueurs (les mettre en forme, le garder dans l’année, les reposer), c’est à dire planifier, quantifier la charge de travail, les rendre le plus performant possible

  • Prévenir des blessures en étroite relation avec le staff médical

  • Faciliter le travail du staff technique pour lui permettre de se concentrer uniquement sur les aspects technico tactiques du jeu

  • Permettre aux joueurs d’allonger leur carrière sportive tout en s’entrainant beaucoup

  • La prépa physique fait partie entière de la performance du basket à haut niveau

 

Selon toi, doit-on l’intégrer dans l’entraînement des jeunes et pourquoi ?

 Fab sera 3

 TRES IMPORTANT, pour le développement général du jeune sportif, il faut avoir une trame physique comme on a une trame technique ou tactique à travers le basket.

A l’Asvel, on a un contenu très basique et très simple qui se décline sur toutes les catégories assuré par des préparateurs physiques en stage ou les entraineurs.

Il faut que les jeunes se développent dans la motricité, coordination, la vitesse d’autant plus que les générations sont souvent plus assises derrière un écran qu’entrain de sauter à travers champ ou jouer au ballon dehors, il faut d’autant plus insister pour leur faire comprendre que c’est important de savoir se déplacer, d’avoir le goût de l’effort, d’utiliser les muscles de son corps, …

Après, le programme est adapté en fonction des âges même si en allant plus loin, il faudrait l’adapter en fonction de leur âge biologique mais nous n’en sommes pas encore là…

Toutes les mises en places peuvent se faire de manière ludique notamment chez les très jeunes, et quand c’est bien fait, ils sont plutôt demandeur.

On peut aller plus loin en définissant les aspects physiques fondamentaux du basket pour les intégrer petit à petit dans les catégories élites du club.

Quelle est ta vision de la formation du jeune joueur ou de la jeune joueuse de basket aujourd’hui ?

Vaste sujet, cela peut prendre du temps, je vais essayer d’être succinct car je pourrai en parler des heures, c’est très schématique ce que je vais vous dire, mais c’est une réflexion personnelle due aux quelques expériences que j’ai pu rassembler.

  • Le constat vu auprès des entraineurs de manière générale est que la plus grande faiblesse des joueurs est qu’ils ne savent pas jouer au basket (pas de QI Basket comme on dit)

  • Pour les petites catégories, développer le jeu pour qu’ils prennent des repères pour savoir jouer ensemble, contre, dans les espaces, se déplacer les uns par rapport aux autres. Travailler l’aisance avec la balle (dribbles, passes) et toute la motricité, la coordination, les appuis, pousser, rouler, tirer, etc … J’ai vu un article sur Internet que certains grands clubs faisaient faire aux plus jeunes différents sports de base, et c’est plutôt intéressant pour développer toutes sortes de motricité ou coordinations.

Fab sera 4

  • Plus on va vers les catégories plus âgées, on axe le travail sur les fondamentaux et le travail individuel tout en maintenant le travail de principes collectifs et du travail physique

  • Augmenter le travail est nécessaire même si le système scolaire peut nous freiner, mais plus on s’entraine, plus on a des chances de progresser, d’aller vers le plus haut niveau possible de chacun

Savoir jouer ensemble les uns avec les autres me paraît très important et on doit le faire apprendre dès le plus jeune âge, à mon humble avis bien sûr.

Pour toi, y a t’il un (des) manque(s) dans la formation des joueurs (ses) en France en basket ? Si oui lequel, lesquels?

Peu de clubs sont structurés dans la formation du début à la fin, car peu de moyen, pas assez d’entraineurs, si il existe des manques, c’est surtout que nous entraineurs, on n’est pas assez fort, donc il faudrait que les entraineurs soient peut être plus spécifiques (Entraineurs de U11, U18, Professionnels, etc …), plus formés, se concentrer sur la formation et pas les résultats, mais il faudrait les reconnaître et les professionnaliser, on met souvent dans les clubs les plus jeunes au Baby, et ainsi de suite, c’est peut être une erreur.

C’est surement très complexe, mais former les entraineurs, les préparateurs physiques pour que les joueurs soient formés correctement en tout cas avec les idées qu’en ont les entraineurs.

Comment se positionne le basket français aujourd’hui, selon toi ? Prend-il la bonne direction ?

Champion d’Europe Garçons, Vice chez les filles, des joueurs en NBA, en WNBA, des joueurs(euses) évoluant en Europe, les clubs commencent à grandir, on est en retard dans les structures, la professionnalisation, mais on dirait que les choses bougent.

Agrandir les staffs, les structures permettra peut être de faire grandir le basket français.

Selon toi, les joueurs (ses) français sont ils plus ou moins entraînables que les joueurs(ses) des pays étrangers ?

Habituer les jeunes à travailler plus, les éduquer dans l’entrainement les rendra encore plus entrainables, mais je ne crois pas qu’il existe de différences entre pays mais il en existe par contre entre chaque individu, plus les jeunes seront habitués à travailler, plus ce sera facile par la suite.

Pour toi, quel serait l’entraîneur, le pays, la culture qui devrait nous inspirer dans notre approche de l’entraînement de manière générale ?

Il faut à la fois prendre de tous les pays, mais aussi garder son identité, ses idées, c’est pour cela que les échanges sont si riches et intéressants.

Il faut partager, être curieux et ne pas avoir peur des autres, personne ne détient la vérité, à chaque entraineur, préparateur physique de prendre la voie qui l’intéresse et d’aller vers les personnes qui lui apporteront des ressources.

Pour ma part, j’ai eu la chance de rencontrer Francesco Cuzzolin (Préparateur Physique de l’équipe de basket d’Italie, a travaillé à Toronto aussi) que je rejoins sur beaucoup de points dans l’approche de la préparation physique.

Quel projet à court et moyen pour toi ?

Les stages intersaison, pour joueur et joueuses pro, pendant 1 semaine chez moi, on travaille 5H30 par jour du basket et de la prépa physique, c’est sympa. Les clinics pour promouvoir la préparation physique à tous les étages, je devrais en faire dans la région du Nord au mois de Juin. Continuer à travailler dans le haut niveau, c’est ce que je connais le mieux, tout en essayant de faire grandir ma société.

Je me permet de mettre quelques liens Youtube et mon tout nouveau site qui vient de sortir.

http://youtu.be/pwE83-jRSIw

http://youtu.be/IPo9Hv74JFw

http://youtu.be/ISTAmLUrUIE

www.stepup-sports.com

Une philosophie ?

Vivre le moment présent, profitez de chaque instant, être optimiste dans la vie et bien se connaître sont pour moi des éléments importants.

moment présent

Une phrase culte ?

Il y a beaucoup de petites phrases que l’on a en tête de temps en temps, j’en utilise avec les joueurs de temps en temps comme :

  • « Never give up »

  • « Nothing work unless you do » de John Wooden

Merci Seb, pour cet interview, ce fut très sympa de répondre à ces questions, longue vie à ton entreprise. Et vive la préparation physique !!!

Merci à toi Fabrice d’avoir répondu à cette interview, qui je suis sur apportera une vision élargie à nos lecteurs, concernant la formation du joueur et le haut niveau en basket.

Nous te souhaitons plein de réussite dans tes projets. A très vite sur les terrains;)

L’entraînement du corps et de l’esprit, un style de vie !

 901459_CSG-06

admin 22 avril 2014 Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.